Nouveaux arrivants: et si on apprenait à aimer l’hiver!

Retour

Étant originaires des pays tropicaux, s’adapter au climat fait partie des habiletés à acquérir en vue de faciliter son intégration. Transformer l’hiver en une oasis est possible grâce à une pléiade d’activités. Découvrez-en quelques-unes avec Olmaille!

* Version en créole disponible ici.

Je viens de recevoir un appel de ma sœur en Haïti qui veut savoir comment je vis le froid du Québec.

Ce n’est pas si terrible que ça cette année, il fait actuellement -6 degrés Celsius. Je me sens bien.

Et elle ajoute: — Comment peux-tu dire qu’à -6˚C, il est agréable, alors qu’à zéro degré l’eau se transforme en glace?

Quand tu vis dans un environnement où la température peut atteindre jusqu’à -20˚C, tu ne vois plus les choses de la même manière et -6 degrés devient brusquement très accommodant.

C’est une question assez récurrente que l’on pose aux immigrants qui viennent des régions tropicales. Les proches restés au pays nous demandent souvent comment nous nous sentons par rapport aux saisons froides. Quand on vient d’une zone où la température moyenne se situe entre 25 et 30 degrés durant toute l’année, il peut être traumatisant de vivre dans un pays comme le Canada.

Malheureusement pour la plupart d’entre nous, l’attitude que nous adoptons est de rester «en hibernation» durant tout l’hiver. Nous ne sortons que pour régler les choses essentielles: aller au boulot, faire l’épicerie, se rendre à l’école, amener nos enfants à la garderie. Sinon, nous restons bien enfermés dans notre demeure en mettant le chauffage à fond. Nous n’avons presque aucune vie sociale en ces périodes.

Quand j’imagine que pendant la majeure partie de l’année le mercure va se retrouver entre 0 et -20 degrés, je me rends compte qu’au final on se retrouve à passer une part importante de sa vie dans la déprime… attendant l’été.

Peut-on tirer quelque chose de bon de l’hiver?

Euh oui, la meilleure approche c’est de penser à tout ce qu’il peut nous apporter en termes de distractions. Il y a certaines expériences qu’on ne peut vivre que dans les pays où il neige. Moi, ce que je trouve formidable au Québec, c’est qu’on a la chance de voir les quatre saisons de l’année. À certains endroits de la planète, il n’y a que l’été. Et les gens qui veulent vivre le bonheur de cette belle époque doivent avoir les moyens financiers pour se rendre dans les pays «frigorifiés». Autrement, ils doivent se contenter de regarder la neige à la télévision ou dans leurs congélateurs.

Alors, si j’ai cette opportunité pourquoi ne pas en jouir pleinement et profiter au maximum de tout ce qu’elle peut m’offrir!

Pour un adulte qui arrive au Québec, ça peut sembler normal de vouloir vivre caché durant toute la période gelée. Je comprends que cela peut nous demander du temps avant de nous y habituer, mais de grâce il faut laisser les enfants expérimenter toutes les facettes de cet agréable moment. Ils sont nés ici ou arrivent le plus souvent dans leur plus jeune âge, donc, ils n’ont pas la même perception que nous.

Les joies de l’hiver

S’adapter au climat c’est pouvoir s’épanouir même pendant les températures les plus glaciales de l’année. Au Canada tout a été préparé pour que nous puissions nous divertir, et ceci même en hiver.

Pourquoi ne pas faire de cette saison son alliée?

Je viens de découvrir une panoplie d’activités qu’on peut pratiquer en famille ou entre amis. Et si on les essayait? Franchement, on peut transformer cette époque en quelque chose de beaucoup plus intéressant. Rien n’est plus beau que d’admirer un paysage enneigé avec un blanc immaculé. Je trouve cela époustouflant!

Des glissades: pas besoin d’être un pro!

D’après ce que j’ai lu à propos des glissades, on n’a pas besoin d’être un amateur de sports d’hiver pour en profiter, même les plus novices peuvent essayer. C’est-à-dire que moi aussi je peux. Je vais me lancer bientôt. Hé toi! Veux-tu m’accompagner dans cette aventure?

Patiner: jamais trop vieux pour apprendre!

Puis-je apprendre à patiner à mon âge? En tout cas, je ne suis pas trop sûre que je vais pouvoir le faire. Mais tiens, ça peut s’apprendre, n’est-ce pas? Je vais quand même tenter le coup et je vous en donnerai des nouvelles.

Bonhomme de neige: apprenons à en fabriquer!

Je viens de constater qu’il existe un concours de bonhommes de neige à Montréal. J’imagine que c’est une activité qui procure de la joie. J’aurais aimé y participer, mais pour de vrai, la dernière fois, j’ai essayé de façonner un bonhomme et je n’y arrivais pas. Ce sera peut-être une bonne occasion d’apprendre à le faire. Qui sait, je pourrais gagner la compétition!

Bataille de neige: une compétition à ne pas manquer!

Rien de plus fou que de faire une bataille de neige. Mardi 5 janvier 2021, pour la première fois j’ai bravé le danger. J’ai emmené ma fille s’amuser dans la neige. Oui je dis, «braver le danger», car depuis que j’habite au Québec le froid et moi ne faisons pas bon ménage. Maya, 3 ans, m’a fait découvrir ce jeu. Elle était tellement heureuse de me lancer les boules! Franchement il faudra qu’on se distraie plus souvent. En passant, je me souviens des propos de ma maman en regardant une vidéo de Maya que je lui ai envoyée.

Mamaille, pourquoi laisser l’enfant jouer dans la neige. S’il te plait, ne fais pas ça. Elle va être malade à cause du froid.

Non manmie ne t’inquiète pas. Elle se sent à l’aise de jouer dehors.

Mais je dois avouer que comme ma mère, j’avais peur que ma fille attrape un rhume si je la laissais sortir en période froide.

Encore de belles activités à découvrir

En février 2019, j’étais émerveillée de regarder les photos de mon amie haïtienne, Thérèse qui a immigré au Canada la même année que moi. Elle m’a montré les clichés de sa visite à l’Hôtel de Glace à Québec.

Thérèse, tu es sérieuse, un espace glacé où on peut passer la nuit, cela existe? Les gens ne se gèlent pas à l’intérieur?

Oui, Olmaille, c’était tellement beau à voir! Je te conseille d’aller toi-même le visiter. Et il y a aussi des festivals: Montréal en Lumière, Igloofest, la Fête des Neiges, etc. Il faut juste chercher et tu vas trouver des choses intéressantes. Comme on est en temps de confinement, ce n’est peut-être pas évident de les explorer cette année. Je souhaite que tu pourras y participer l’an prochain.

Vraiment, il faudra finalement que je sorte de ma zone de confort!

Si pour moi, s’adapter à l’hiver était un ennemi à abattre, je ne veux pas qu’il en soit ainsi pour ma fille. Elle doit se réjouir entièrement en embrassant tous ses aspects. Éventuellement elle doit apprendre à faire du ski, du patinage, du hockey, etc.

Comme une bonne tasse de café ou de chocolat chaud en début de matinée, profitez des activités hivernales pour vous réchauffer le cœur.

Vive l’hiver!

Biographie

Adjointe aux communications et maman

Originaire de Port-au-Prince, Olmaille s’est installée au Québec en février 2017. Épouse et maman d’une fillette de 3 ans, elle a travaillé pendant 6 années en enseignement primaire en Haïti. Actuellement, elle complète un baccalauréat en communication à l’Université de Montréal. Après ses études, elle souhaite travailler comme créatrice de contenus en communication interne et externe. Elle est aussi intéressée par la gestion des médias sociaux. Olmaille est une personne de connexion, qui aime les relations interpersonnelles. Amicale et bienveillante, son plus grand bonheur est de voir les gens autour d’elle être heureux. Elle trouve du plaisir à apporter son soutien aux personnes qui sont dans le besoin. Passer du temps de qualité avec sa famille et ses ami.e.s, contempler la beauté de la nature et faire du bénévolat font partie de ses passions.

Lire la suite →

Sur le même thème

Blogue

Aprann pitit ou otonòm, yon eksperyans ki gen anpil richès

«Non manman, mwen vle mete rad sou mwen pou kont mwen. Mwen gran kounyea», se sa Maya dim lèm vle ede li mete rad sou…

Blogue

Dysphasie: le cheminement courageux d’une maman

Être maman comporte déjà son lot de défis, mais être maman de trois enfants dont deux des filles sont dysphasiques demande une bonne dose de…

Article

S’adapter pour mieux s’intégrer: trois femmes se racontent

Comment réussir à s’adapter pour bien s’intégrer dans un pays quand on est immigrant? Comment et où faut-il aller chercher de l’information? Quand on a…

Article

Rive adapte pou ka byen viv entegrasyon: tande eksperyans 3 imigran

Kijan imigran yo ka fè pou yo rive viv nan peyi kote yap viv la? Kijan pou yo ale chèche enfòmasyon yo bezwen yo? Kijan…
5 à 17 ans

Article

Déconfiner en conscience… et en famille

Confinement oblige, nous avons dû abandonner notre manière de vivre au cours des derniers mois pour en inventer une nouvelle. Mais maintenant que le vent…