Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?

Retour

J'aimerais être en mesure de léguer à mes enfants autre chose qu’un lot de stress et d’inquiétudes.

Existe-il un concept plus simple à comprendre que “vivre le moment présent”?
… existe-t-il un concept plus difficile à mettre en application que “vivre le moment présent”?

En tous cas, moi, je suis vraiment poche… Je ne l’ai pas pantoute!!!Je suis toujours en train de penser à ce qui s’en vient au lieu de profiter de ce qui se passe maintenant.

Je suis un peu anxieuse de nature.
Pour moi, c’est rassurant de préparer, de planifier et d’organiser. Mais tout ce que je prépare arrivera plus tard. Je perds donc ben du temps pour m’assurer que tout se passera bien plus tard et lorsque j’arrive à ce “plus tard”, ben je n’en profite même pas!!!

Hey! Bravo championne!!!!

Pourtant, je vous jure que j’essaie!
Je lis toutes les publications sur Facebook qui me rappelle d’être plus zen, j’ai des bambous que j’arrose juste assez, et je me suis même acheté des leggings de yoga!

Plus sérieusement, j’aimerais pouvoir apprécier davantage le temps qui passe.
En fait, ce n’est pas vraiment pour moi (même si ça me ferait du bien, j’en conviens!); c’est davantage pour être en mesure de léguer à mes enfants autre chose qu’un lot de stress et d’inquiétudes. Être capable de leur apprendre maintenant ce qui leur rendrait tellement service plus tard.

Vivre le moment présent, ce n’est pas du tout inné.
On doit l’apprendre. C’est comme faire de l’exercice: plus on en fait et plus on en apprécie les bienfaits. Mon jeune frère m’a dit un jour d’arrêter de me battre contre l’univers. Il voulait me dire de lâcher prise sur les choses sur lesquelles je n’avais aucun pouvoir et de me concentrer sur celles que je pouvais changer.  

Ce fut très salvateur pour moi. J’ai arrêté d’agripper ce qui me glissait des doigts de toute façon. Je me suis accrochée au plus important. C’était quand même un début de “vivre au présent”. Néanmoins, j’ai ben d’autres croûtes à manger…!

Alors cet été, j’essaie de me pratiquer.
Je n’ai pas vu beaucoup d’amélioration, mais on dit que c’est l’intention qui compte. C’est certain que pour fonctionner dans cette folie de la vie de famille où chacun a ses activités en plus de l’école, du travail et de tout le reste, la planification a aussi son importance. Le problème, c’est quand on ne voit plus les journées passer à cause de demain. Je pense qu’il est là, le problème!

Vous en pensez quoi?

Je vous laisse à vos réflexions… Carpe diem!

Biographie

Maman de trois enfants, Annie vit la belle et douce folie de la vie de famille, avec les hauts et les bas qu’elle apporte. Infirmière de formation, elle a pratiqué durant plusieurs années à l’hôpital Sainte-Justine avec les bébés prématurés et leur famille.  Puis, pour concilier le travail et la famille, elle a choisi de poursuivre sa carrière en CLSC avec les familles en attente d’un bébé ou ayant des enfants en bas âge. Prévention et éducation sont les défis de son quotidien, tant au travail qu’à la maison!  Elle est l’auteure du livre « TDAH, mon enfant bionique » aux Éditions Béliveau éditeur.

Lire la suite →

Sur le même thème

Article

S’adapter pour mieux s’intégrer: trois femmes se racontent

Comment réussir à s’adapter pour bien s’intégrer dans un pays quand on est immigrant? Comment et où faut-il aller chercher de l’information? Quand on a…

Article

Rive adapte pou ka byen viv entegrasyon: tande eksperyans 3 imigran

Kijan imigran yo ka fè pou yo rive viv nan peyi kote yap viv la? Kijan pou yo ale chèche enfòmasyon yo bezwen yo? Kijan…

Blogue

Dysphasie: le cheminement courageux d’une maman

Être maman comporte déjà son lot de défis, mais être maman de trois enfants dont deux des filles sont dysphasiques demande une bonne dose de…

Blogue

Aprann pitit ou otonòm, yon eksperyans ki gen anpil richès

«Non manman, mwen vle mete rad sou mwen pou kont mwen. Mwen gran kounyea», se sa Maya dim lèm vle ede li mete rad sou…

Blogue

L’apprentissage de l’autonomie chez son enfant: une expérience enrichissante!

«Non maman, je veux m’habiller toute seule. Je suis une grande fille», me répète Maya quand je veux l’aider à enfiler ses vêtements. À 3…