Les examens arrivent… comment rester zen et motivé?

Outre une bonne révision, l’attitude adoptée et la planification peuvent aider l’enfant à se détendre et à traverser la période d’examens avec confiance. En tant que parent, comment pouvez-vous l’aider à y arriver?

Des stratégies pour se motiver et se calmer pendant les examens

Les examens de fin d’année représentent une période stressante pour plusieurs enfants et adolescents. Malgré une bonne préparation, il arrive que les résultats aux examens ne soient pas satisfaisants. En effet, certains jeunes ont de la difficulté à gérer leur stress, d’autres ont des pensées négatives qui nuisent à leur concentration. Quelles stratégies ces élèves peuvent-ils adopter pour se calmer et se motiver pendant les examens?

# Ailleurs sur le webL’intelligence artificielle (IA) pour personnaliser l’éducationPlus de détails →

Stratégies pour se motiver

Pour pouvoir déployer toutes ses énergies cognitives à la réussite de son examen, l’enfant doit croire qu’il peut devenir meilleur. Steve Masson, spécialiste en neurosciences, explique même dans un article paru sur le site du RIRE les effets de cette croyance sur l’activité cérébrale. Il a été démontré que l’activité cérébrale d’une personne qui croit qu’elle peut devenir meilleure est plus importante lorsqu’elle fait face à une erreur : «Cette activité cérébrale fait en sorte que les réseaux de neurones sont davantage consolidés et qu’elle apprend plus» (Masson, 2016). En revanche, chez l’élève qui se dit : «Je ne suis pas capable, il n’y a rien à faire», le cerveau s’active très peu lorsqu’il commet une erreur.

Comme parent, vous pouvez encourager votre enfant à renforcer la croyance qu’il peut s’améliorer, que l’erreur n’est pas une fatalité, mais plutôt une occasion d’apprendre. Cela l’aidera à déployer ses ressources cognitives en contexte d’évaluation, mais aussi en contexte de pratique.

Pour maintenir sa motivation pendant toute la durée de l’examen, il est important que votre enfant développe l’habitude de se parler de façon positive. Des pensées négatives comme «Je ne serai pas capable, c’est trop difficile» ou «Je ne comprends rien, je vais couler» peuvent nuire à l’enfant lorsqu’il effectue son examen. En effet, son attention est dérangée par ses pensées et son inquiétude plutôt que d’être pleinement dirigée vers l’accomplissement de la tâche. Invitez votre enfant à transformer ses pensées «obstacles» en pensées «aidantes» (exemple : «Je vais prendre mon temps et je vais y arriver») et à rediriger son attention sur la matière évaluée («Qu’est-ce qu’on avait fait comme exercice en classe qui ressemblait à cette question? Quel est le chapitre visé par cette question?»).

Stratégies pour se calmer

Les hormones de stress produites par le cerveau se retrouvent principalement dans les régions cérébrales liées à l’apprentissage et à la mémoire. Le jeune qui fait face à une quantité trop importante de stress pendant un examen peut ainsi voir sa performance diminuer2. Voici quelques conseils à donner à votre enfant pour lui permettre de se détendre.

  1. S’installer confortablement. Pour être disposé à faire son examen, l’enfant doit avoir tout son matériel avec lui (crayon, efface, règle, etc.) et s’installer de manière confortable.
  2. Avoir confiance! Certains enfants s’inquiètent en voyant que d’autres élèves finissent avant eux. Il n’y a pas d’inquiétude à avoir puisque l’objectif n’est pas de terminer le premier. Il est important aussi d’éviter les conversations négatives avec les autres élèves juste avant l’examen. Cela peut augmenter le niveau de stress inutilement.
  3. Planifier son temps.
    1. Avant de se lancer, il est recommandé de prendre le temps de faire une première lecture de l’examen au complet. Cela permet à l’enfant de commencer à traiter l’information. Il est possible d’ajouter un petit symbole dans la marge pour indiquer les numéros pour lesquels l’enfant est certain de connaitre la démarche ou la réponse.
    2. Il est aussi suggéré de prévoir le temps qui sera consacré à chacune des tâches (exemple : «Je prendrai 45 minutes pour faire la première partie de l’examen et 15 minutes pour la deuxième partie»).
    3. Il est préférable de commencer par les numéros les plus faciles (qui ont été repérés lors de la première lecture) et de terminer par les plus difficiles.
    4. Il faut penser à se garder du temps à la fin pour réviser.
  4. Utiliser ses stratégies. Pour chacune des questions, il est recommandé d’encercler ou de surligner les éléments essentiels pour bien cibler ce qui est demandé. D’autres stratégies sont enseignées aux enfants tout au long de l’année en lecture, en écriture et en résolution de problèmes). Invitez votre enfant à penser à ces stratégies qui peuvent lui être grandement utiles, tout en apaisant l’anxiété.
  5. Se relaxer au besoin. En cas de stress, l’enfant peut faire une pause d’une vingtaine de secondes pour prendre le temps de faire quelques grandes respirations. On peut expliquer à l’enfant que, pour prendre une grande respiration, il doit faire entrer de l’air dans son nez (comme lorsqu’on sent une fleur) et faire sortir l’air par sa bouche (comme lorsqu’on souffle une bougie).

À retenir

  • Croire qu’on peut devenir meilleur a une influence positive sur l’activité cérébrale.
  • Les stratégies de motivation en période d’examen incluent se parler de manière positive et transformer les pensées négatives en pensées aidantes.
  • Les stratégies pour se calmer comprennent entre autres la préparation de son espace de travail, garder confiance, planifier son temps et prendre de profondes inspirations.

Commentaires