Jeux vidéo: comment instaurer une utilisation saine auprès de nos jeunes

6 à 17 ans
Retour

Depuis le début de la pandémie, 80% des gamers adolescents affirment consacrer plus de temps à des jeux vidéo et 78% déclarent que de s’adonner à cette activité à la maison les aide à se sentir mieux. Cet article propose des solutions qui vous aideront à instaurer une utilisation saine des jeux vidéo auprès de votre jeune.

Selon l’Association canadienne du logiciel de divertissement, depuis le début de la pandémie, le temps passé à jouer à des jeux vidéo chez les jeunes a augmenté. Ainsi, au Québec, 85% des enfants et des adolescents s’adonnent à environ 14,5 heures par semaine aux jeux vidéo.

Voici les statistiques sur l’utilisation des jeux vidéo pour le Canada

% garçons / fillesGroupes d'âgeHeures / semaine
88% des filles6-12 ans9 heures par semaine
95% des garçons6-12 ans12 heures par semaine
79% des filles13-17 ans9.5 heures par semaine
95% des garçons 13-17 ans21 heures par semaine

Jeux vidéo: les pour et les contre

Qu’est-ce qui motive nos jeunes à passer autant d’heures devant leurs écrans? Est-ce trop? Devrait-on leur imposer des limites et comment s’assurer qu’ils font aussi autre chose?

Les raisons sont nombreuses pour justifier le temps passé devant les écrans, surtout en période de pandémie: s’occuper et se divertir pendant le confinement, garder le contact avec ses amis ou passer plus de temps en famille. Malgré les raisons évoquées par les jeunes, quels sont les avantages et les inconvénients des jeux en ligne?

Selon Tel-jeunes, on y retrouve des avantages comme la socialisation, la réflexion et les apprentissages. Dans la majorité de ces jeux, les participants créent des communautés de joueurs et de discussion. Ces groupes leur permettent de s’entraider et de socialiser. Les jeunes apprennent également à résoudre des problèmes ou à relever des défis. Les capacités d’attention et de concentration sont souvent utilisées dans ces jeux.

Par contre, si on y trouve certains avantages, on peut penser que les inconvénients se trouvent principalement en lien avec les mauvaises habitudes de vie. On bouge moins, on sort moins à l’extérieur et même nos habitudes alimentaires changent. Donc avec le temps, cela peut devenir néfaste pour notre santé.

Quelques astuces pour limiter le temps consacré aux jeux vidéo

Malgré tout, on peut permettre une certaine utilisation des écrans à nos enfants. Chez les enfants de 5 à 17 ans, on recommande de ne pas dépasser deux heures par jour ou 14 heures par semaine. Il est également important de s’assurer que les jeux vidéo n’ont pas d’impact sur leur sommeil ou sur leur comportement.

En plus de limiter le temps d’exposition, vous pouvez retirer les appareils de la chambre à coucher des enfants et les installer dans les pièces communes de la maison (salon, salle de jeux, etc.). De cette façon, il vous sera plus facile de contrôler le temps de jeux ainsi que les jeux auxquels ils sont exposés. Vous pouvez aussi en profiter pour passer du temps avec eux et vous intéresser à ce qu’ils aiment.

Les 3 règles de base pour une saine gestion des jeux vidéo

1- Offrez-leur une routine stable et sécurisante en alternant les jeux vidéo et les activités extérieures ou en famille. Il est important de varier les activités afin de maintenir les intérêts et la motivation à faire autre chose.

2- Ouvrez la discussion avec vos enfants au sujet du temps passé devant les écrans et les jeux vidéo. Prenez le temps de voir ce qui les intéresse et comment ils se sentent quand ils sont en train de jouer. Cela vous permettra d’être à l’affût des changements de comportement et d’attitude.

3- Revoyez votre propre utilisation des écrans et des jeux vidéo. Comme parents, nous sommes les premiers modèles de nos enfants et ils reproduisent nos actions. Cela peut donc être un beau défi de famille de diminuer le temps d’écran et de passer plus de temps en famille.

En résumé, les jeux vidéo nous permettent de socialiser et de maintenir le contact avec nos proches en cette période plus difficile de pandémie. Par contre, il est important de ne pas perdre de vue nos saines habitudes de vie et de continuer à sortir à l’extérieur, de bouger et de passer du temps en famille. Il est donc possible d’y trouver un certain équilibre.

— Dernière mise à jour: 18 mars 2021

Biographie

Technicienne en éducation spécialisée

Julie Richard détient une technique en éducation spécialisée du Cégep de Saint-Jérôme et un certificat en santé mentale de l’Université de Montréal. Toujours à la recherche de nouvelles formations pour aider les familles, elle a fait la formation sur le sommeil des enfants 0-5 ans de Brigitte Langevin et elle est maintenant praticienne en coaching familial de l’institut de coaching familial de Nancy Doyon. Ayant débuté sa carrière dans les commissions scolaires, elle travaille maintenant au CISSS des Laurentides depuis 2003 et, plus particulièrement, auprès des jeunes familles en contexte de vulnérabilité depuis 2012. Avec le désir de vouloir accompagner et guider les familles, elle fait également de la pratique privée. Elle est reconnue pour sa rigueur et son dévouement. L’enfant et sa famille se retrouvent toujours au centre de ses interventions. Elle souhaite donc offrir à sa clientèle le meilleur service qui soit afin que tous puissent actualiser leur plein potentiel et retrouver une certaine harmonie.

Lire la suite →

Sur le même thème

Article

Rive adapte pou ka byen viv entegrasyon: tande eksperyans 3 imigran

Kijan imigran yo ka fè pou yo rive viv nan peyi kote yap viv la? Kijan pou yo ale chèche enfòmasyon yo bezwen yo? Kijan…

Article

S’adapter pour mieux s’intégrer: trois femmes se racontent

Comment réussir à s’adapter pour bien s’intégrer dans un pays quand on est immigrant? Comment et où faut-il aller chercher de l’information? Quand on a…

Blogue

Dysphasie: le cheminement courageux d’une maman

Être maman comporte déjà son lot de défis, mais être maman de trois enfants dont deux des filles sont dysphasiques demande une bonne dose de…
5 à 17 ans

Article

Déconfiner en conscience… et en famille

Confinement oblige, nous avons dû abandonner notre manière de vivre au cours des derniers mois pour en inventer une nouvelle. Mais maintenant que le vent…

Blogue

Aprann pitit ou otonòm, yon eksperyans ki gen anpil richès

«Non manman, mwen vle mete rad sou mwen pou kont mwen. Mwen gran kounyea», se sa Maya dim lèm vle ede li mete rad sou…