La méditation: outil antistress pour toute la famille

5 à 12 ans
Retour

La méditation pleine conscience agit directement sur le stress des enfants, tout en améliorant leurs performances scolaires (MIT McGovern, Behavioral Neuroscience). Alors que la rentrée bat son plein et que le niveau de stress augmente, comment initier nos enfants à la médiation et ainsi leur faire profiter d’une ressource inestimable et qui est à leur portée?

La méditation n’est pas une solution magique à tous les problèmes, mais plutôt un outil, qu’on peut utiliser pour arriver à vivre un état d’esprit plus stable, surtout en cette période de l’année plutôt chargée en émotions. Comme parent, on souhaite tous que notre enfant soit heureux et s’il nous était possible de lui éviter toutes épreuves, nous le ferions. Pourtant, l’expérience humaine vient avec ses hauts et ses bas. Lorsque nous offrons à notre enfant quelques minutes par jour de pratique de l’attention, il y a de fortes chances que son rapport à la réalité devienne pacifié… et le nôtre aussi par la même occasion.

Les bienfaits de la méditation

Ce que j’aime bien de la méditation, c’est sa simplicité et le peu de temps nécessaire pour en voir les bienfaits. Je répète souvent durant mes formations qu’une seule minute par jour suffit. Prendre le temps de respirer, de prendre une petite pause pour nous, sans jugement, juste être présent à son corps, son cœur et ses pensées amène un calme qui se fait ressentir rapidement.

Outre le calme que cela apporte, l’habitude de prendre une petite pause, deviendra un réflexe et engendra une meilleure gestion émotionnelle. Dans ma classe, j’enseigne le «pas de recul». Puisqu’il est difficile de prendre une bonne décision lorsque nous sommes envahis par une émotion, je propose à l’élève de se retirer, de prendre un temps d’arrêt, d’aller aux toilettes, boire de l’eau… L’idée, est de prendre une distance par rapport à la situation.

De plus, comme l’exercice est de porter son attention sur sa respiration et d’y rester attentif, la pratique permet d’augmenter la capacité attentionnelle de votre enfant. Comme il prendra conscience, à l’occasion, qu’il pense à autre chose qu’à sa respiration, il deviendra plus alerte à déceler qu’il n’écoute plus son enseignante par exemple ou qu’il n’est plus concentré sur ce qu’il doit faire.

Quand et où pratiquer?

Avec votre enfant, ce peut être à l’heure du dodo, quand vous allez le réveiller le matin, avant de commencer à manger. L’important, c’est de le mettre à l’horaire pour en faire une habitude, puisque malgré la simplicité de la pratique, c’est souvent la constance qui cause problème.

Il est préférable de pratiquer la méditation quand tout va bien. L’idée est de s’exercer pour être prêt quand les grandes émotions surgissent.

À la maison,  pour vous-même, vous pourriez simplement aller dans votre chambre ou installer un petit coin calme avec des coussins et une petite lampe quelque part dans le salon. Il peut être intéressant de modeler le pas de recul. Par exemple, si vous arrivez devant un dégât, plutôt que de vous emporter, vous pouvez nommer que vous avez besoin d’un pas de recul, avant de régler la situation. Selon moi, c’est le plus bel exemple qu’on puisse donner à notre enfant. On peut ainsi leur enseigner à la fois comment l’on comprend et l’on gère nos émotions inconfortables et les guider vers leur propre compréhension de leur inconfort en faisant un retour par la suite.

Comment méditer? 5 étapes faciles

  1. Prenez une position confortable.
  2. Prenez une grande respiration pour vous détendre.
  3. Inspirez et expirez doucement de façon naturelle.
  4. Posez votre attention sur l’air qui entre et sort de vos narines.
  5. Si vous commencez à penser à autre chose, reposez votre attention sur les sensations de l’air dans vos narines.

Méditation du ballon en 6 étapes

  1. Ferme les yeux et prends 3 bonnes respirations.
  2. Imagine que ton ventre est comme un ballon et pose tes mains doucement sur ton ventre.
  3. Quand tu inspires, sens comme le ballon se gonfle et soulève tes mains.
  4. Quand tu expires, sens comme le ballon se dégonfle et que tes mains descendent en suivant le mouvement de ton ventre.
  5. Tu peux recommencer ce mouvement 3 fois ou plus.
  6. Profite de cette belle sensation de calme qui est en toi.

Finalement, si vous décidez de commencer à pratiquer la méditation avec votre enfant, n’oubliez pas d’avoir de la compassion pour vous. Vous n’avez pas besoin de performer ou d’être à la hauteur. N’attendez pas d’avoir tout lu sur le sujet pour respirer doucement et avec bienveillance en compagnie de votre enfant.

Quand les mots des enfants veulent tout dire 😊

Je réalise que la méditation m’aide à gérer mon stress et ma colère, alors je suis plus calme. J’aime la méditation, parce qu’on reste dans le moment présent. Aussi, parce que chaque vendredi, on met de la musique et on a juste à être pendant 5 minutes. On ne fait même pas la méditation du souffle ou du ballon, on a juste à être et c’est ça que j’aime!

-Henri 10 ans

J’ai réalisé que j’ai fait beaucoup de progrès à la maison avec mon petit frère. La méditation m’a aidée à me calmer quand il m’agace. Ça m’aide aussi à me concentrer quand je fais mes devoirs. Je suis fière de moi.

-Maélie 11 ans

À retenir

  • La méditation n’est pas une solution magique, mais un entraînement de l’esprit.
  • Il ne suffit que d’une minute par jour pour commencer à voir les bienfaits.
  • La méditation contribue à réduire le stress, à améliorer la capacité attentionnelle et la gestion des émotions.
  • Votre pratique sera inspirante pour votre enfant.

Mes suggestions:

Une application intéressante:

https://www.petitbambou.com/fr/

Un livre qui vous plaira:

Quand je bouge, je médite Dix mouvements en pleine conscience de Thich Nhat Hanh.

Un outil pratique et inspirant:

Coffret de méditation familiale «La petite boîte à méditer» de l’Institut Cime.

— Dernière mise à jour: 24 août 2020

Biographie

Enseignante au primaire, maman de 2 ados et formatrice de méditation et philosophie en milieu scolaire.

Bachelière en éducation préscolaire et primaire, Geneviève enseigne avec une passion peu commune et intègre la méditation et la philosophie dans sa classe depuis plusieurs années. Maman de deux adolescents à besoins particuliers, elle veut faire partie d’une communauté pour changer le monde. Passionnée par le bonheur, elle est toujours en quête de plus d’équilibre. Reconnue pour son projet d’estime de soi, elle est engagée et soucieuse de faire une différence positive auprès des enfants. Elle est formatrice pour l’organisme SEVE Formation Canada et pour l’Institut CIME où elle forme des adultes qui ont à cœur d’amener la méditation dans leur milieu scolaire. Détentrice d’un microprogramme de 2e cycle en pratique de l’attention à l’UQÀM, elle guide son groupe quotidiennement à développer une pratique de l’attention dans sa classe. Son énergie, son humour et sa bonne humeur donnent le goût de sourire à la vie… en pleine conscience.

Lire la suite →

Sur le même thème

Blogue

Partage des tâches familiales: 3 papas immigrants témoignent

Les tâches ménagères c’est l’affaire des femmes, les hommes n’ont rien à voir là-dedans. Avez-vous déjà entendu quelqu’un répéter cette phrase? Ayant vécu en Haïti,…

Blogue

3 papa ki vin viv Kanada ap temwaye kijan sa ye pou yo lè yo mete men nan travay nan kay la

Afè fè travay nan kay se koze fanm, bagay sa pa pou gason. Sa deja rive w ou tande kèk moun repete pawòl sa? Pou…
5 à 12 ans

Article

Les émotions de nos enfants: une psychologue nous éclaire

Comme parents, nous pouvons parfois nous sentir mal outillés quand vient le temps d’accompagner notre enfant dans la bonne gestion de ses émotions. Que dire…
5 à 9 ans

Article

Médicaments à la maison: comment éviter les intoxications

Que ce soit pour soigner une otite, un vilain rhume ou toute autre maladie, quelle maison n’a pas sa pharmacie personnelle? Mais comment protéger nos…
8 à 17 ans

Article

Élections provinciales: que dire aux enfants?

À l’approche des élections provinciales du 3 octobre prochain, prenons quelques minutes pour expliquer quelques concepts électoraux à nos enfants.