Les défis du parent d’un enfant avec un trouble d’apprentissage

Votre enfant a récemment reçu un diagnostic de trouble d’apprentissage et vous êtes bien déterminé à l’aider. Par où commencer?

Élever un enfant comporte certes plusieurs défis au quotidien. Mais qu’en est-il des parents ayant un enfant avec un trouble d’apprentissage?

Tout d’abord, ils doivent apprivoiser et accepter le diagnostic* reçu ainsi que les répercussions qu’il aura sur la vie de leur enfant. Arrivera-t-il à obtenir son diplôme de secondaire 5 ? Réussira-t-il dans la vie?

# Ce que disent les étudesAttention à la confusion entre immaturité et TDA/H chez l’enfant d’âge scolairePlus de détails →

Suivi du plan d’intervention

Après cette première phase d’acceptation, les parents ressentent souvent le besoin d’aider leur enfant et de s’informer sur le trouble. Ils cherchent à s’outiller afin de mieux comprendre le fonctionnement de leur enfant et ainsi l’accompagner dans son cheminement.

Puis, les connaissances acquises à la suite de longues lectures ou de rencontres avec des professionnels les amèneront, bien malgré eux, à défendre les intérêts de leur enfant. Par exemple, ils s’assureront que les moyens énoncés au plan d’intervention sont bel et bien mis à sa disposition et qu’il est pris en charge selon ses besoins.

Voici quelques questions qui permettent aux parents d’effectuer un suivi :

  • Mon enfant a-t-il droit à son tiers de temps supplémentaire lors de ses examens?
  • Est-ce que le matériel d’évaluation est bien numérisé afin qu’il puisse y avoir accès à l’aide de son ordinateur?
  • A-t-il une place préférentielle en classe pour favoriser son écoute?
# Ce que disent les étudesQuand les gestes prédisent le vocabulairePlus de détails →

La communication : la clé du succès

Les savoirs acquis au sujet du trouble diagnostiqué ainsi que la connaissance de leur enfant amènent aussi les parents à sensibiliser les gens et les professionnels qui le côtoient. Les impacts du trouble sur les apprentissages scolaires doivent être clarifiés afin qu’ils ne soient pas confondus avec un manque d’effort ou de motivation.

Lorsque le parent s’investit à faire valoir les droits de son enfant, la communication efficace entre la maison et l’école revêt une importance primordiale. Il est important de noter que toute cette sensibilisation au trouble de l’enfant et aux impacts qu’il a sur son fonctionnement en milieu scolaire doit être refaite au début de chaque nouvelle année scolaire!

Demeurer à l’écoute de son enfant

Les défis des parents d’un enfant ayant des besoins spécifiques ne s’arrêtent toutefois pas là.

Voici quelques exemples de ce que les enfants peuvent vivre :

  • Tommy, 10 ans, se demande s’il est normal d’oublier d’écrire des mots dans une phrase ou de ne pas comprendre l’histoire d’un livre.
  • Léa, 9 ans, aimerait bien comprendre pourquoi ELLE a besoin d’un ordinateur en classe et pas les autres élèves.
  • Laurie, 12 ans, pleure le soir, car elle se trouve stupide de travailler autant et de ne pas obtenir de meilleurs résultats.

En demeurant disponibles et à l’écoute, les parents pourront intervenir auprès de leur jeune afin de démystifier le trouble et ainsi l’aider à mieux le comprendre, l’accepter :

  • Depuis que les parents de Simon lui ont expliqué ce qu’est la dyslexie, il a compris que son ordinateur était comme des lunettes pour son cerveau et il l’utilise avec enthousiasme et sans gêne.

Le défi ne s’arrête pas là ! Au quotidien, les parents devront s’armer de patience, de détermination et diminuer leurs exigences, car les progrès peuvent être lents malgré tous les efforts investis.

Développer les forces et les compétences de votre enfant

Voici quelques idées pour aider votre enfant à demeurer motivé :

Développez les intérêts de votre enfant pour des activités dans lesquels il pourra s’accomplir et avoir du plaisir. Permettez-lui de s’exprimer dans le sport ou dans les arts. S’il n’a pas de champ d’intérêt spécifique, faites-lui découvrir de nouvelles activités, peut-être se découvrira-t-il une passion!

Établissez des objectifs à sa mesure, tant dans la gestion du quotidien à la maison que dans sa vie scolaire. L’organisation des enfants ayant un trouble d’apprentissage est souvent déficitaire. Donnez-lui des responsabilités à sa mesure et augmentez les demandes graduellement. Par exemple, il peut être responsable de faire son lit et de mettre la table pour finalement en arriver à vider le lave-vaisselle, à plier et à ranger son linge. Sur le plan scolaire, mettez l’accent sur les efforts plutôt que sur les résultats. L’estime de soi est précieuse, visez des objectifs atteignables. Soulignez les réussites et mettez-les en évidence!

Misez sur les forces et les champs d’intérêt de votre enfant afin de le valoriser et d’augmenter sa motivation. Ceci augmentera son sentiment de compétence. Par exemple, permettez-lui d’apprendre ses tables en jouant au hockey ou travaillez la lecture en lisant les nouvelles du sport. Pour les petits artistes, pourquoi ne pas leur permettre de mettre de la couleur dans leur cahier de leçons ou simplement d’apprendre leurs verbes en chantant?

Surtout, n’oubliez pas la notion de plaisir!

* Le terme «diagnostic» est utilisé dans ce dossier et les textes associés pour faciliter la compréhension. Au Québec, la loi réserve cet acte aux médecins. Dans le cas des orthophonistes, des orthopédagogues et des psychologues, le terme «conclusion professionnelle» ou «évaluation professionnelle» est généralement utilisé.

À retenir

  • Après avoir accepté le trouble d’apprentissage de son enfant, le parent doit s’assurer que le plan d’intervention est mis en place.
  • Une communication efficace entre l’école et la maison est essentielle au maintien d’une bonne collaboration.
  • Le parent doit être à l’écoute de son enfant et prendre le temps de lui expliquer en quoi consiste son trouble d’apprentissage.
  • En misant sur les forces et les compétences de son enfant, le parent peut l’aider à rester motivé.

Références

  • BRETON,Sylvie, et France LÉGER. Mon cerveau ne m’écoute pas, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2007, 188 p.
  • BÉLIVEAU, Marie-Claude. Dyslexie et autres maux d’école, Éditions du CHU Sainte-Justine, 2007, 280 p.

Commentaires

oisillon_popup

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir nos excluvités et ressources!


Aidersonenfant.com est LA référence pour les parents qui veulent le mieux pour leurs enfants.

Merci! N'hésitez pas à partager pour aider d'autres parents et leurs enfants!