Les plans de match de la rentrée: Québec, Ontario, France, Suisse et Belgique

Les derniers mois ont été hauts en émotions et la rentrée arrivant à grands pas, tous attendaient avec impatience le plan de match du ministre de l’Éducation du Québec, M. Jean-François Roberge. Le port du couvre-visage, les mesures de distanciation en classe, l'enseignement à distance; les questions étaient nombreuses et lundi, en conférence de presse, le ministre a dévoilé les consignes à respecter pour une «réouverture prudente».

C’est ce lundi que le ministre de l’Éducation du Québec, M. Jean-François Roberge a rencontré les journalistes afin de dévoiler les consignes à suivre pour la rentrée scolaire 2020-2021 qui aura lieu dans trois semaines.

Après de longs entretiens avec l’Institut national de la santé publique du Québec (L’INSPQ), Jean-François Roberge, en compagnie du ministre de la Santé et des Services sociaux et ministre responsable de la région de la Montérégie, M. Christian Dubé, et du directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda a livré un plan de match détaillé et a répondu aux nombreuses questions des médias présents.

Dans le communiqué dont plusieurs extraits sont cités dans ce texte, le ministre Roberge a déclaré:

«Nos enfants et notre santé, c’est ce que nous avons de plus précieux. Notre gouvernement n’a pas l’intention de faire de compromis sur ces questions».

En conférence de presse, lundi, le ministre Roberge a parlé d’une «réouverture prudente qui tient compte de la situation pandémique actuelle».

La question du couvre-visage

  • Le port du couvre-visage sera obligatoire pour tous les élèves à partir de la 5e année du primaire, incluant ceux du secondaire.
  • L’ensemble des membres du personnel scolaire lors de leurs déplacements à l’intérieur de l’école et dans les transports scolaires ou publics.
  • Le couvre-visage ne sera toutefois pas obligatoire à l’intérieur de la salle de classe, ni dans une salle utilisée à des fins de restauration pendant la consommation de nourriture ou de boissons.
  • Bien qu’il soit recommandé, le port du couvre-visage ne sera pas obligatoire pour les élèves du préscolaire et des deux premiers cycles du primaire.
  • Les visiteurs devront porter un couvre-visage en permanence, sauf lorsqu’ils sont assis dans une salle où sont présentés des arts de la scène, comme un auditorium par exemple, mais une distance de 1,5 mètre entre les personnes doit être maintenue en tout temps dans cet espace.

Des groupes-classes stables

  • La Direction générale de santé publique ne requiert plus la division des classes en sous-groupes d’un maximum de six élèves.
  • Le concept de bulle est ainsi élargi pour englober toute la classe, qui devra demeurer stable dans le but de minimiser toute transmission potentielle.
  • Les élèves d’un même groupe-classe n’auront pas à observer une distanciation physique entre eux.
  • La distanciation de 2 mètres entre les élèves et les membres du personnel est quant à elle maintenue.
  • Au préscolaire et au primaire, la distanciation de 1 mètre entre les élèves de différentes classes qui circulent dans les aires communes, incluant les corridors, est également maintenue.
  • En plus des mesures déjà nommées, d’autres consignes sanitaires strictes, telles que le lavage régulier des mains et la désinfection fréquente des locaux, devront être respectées.

L’enseignement à distance: une offre bonifiée

  • Tous les élèves feront leur retour en classe l’automne prochain, à l’exception de ceux présentant une condition médicale particulière, pour lesquels un enseignement à distance sera offert par les centres de services scolaires.
  • Dans un souci de rassurer les parents, les élèves ayant un proche présentant une condition médicale particulière pourront également être admissibles à cette offre de service. Le plancher du nombre d’heures de cours offerts à distance varie selon le niveau scolaire.
  • À ce titre, le ministre Roberge a affirmé que son ministère a investi 100 millions afin d’acquérir des outils technologiques. Il a aussi mentionné que des ordinateurs et des tablettes seront distribués si les écoles devaient fermer à nouveau.

«L’école est un milieu pour bâtir des citoyens. Priver un enfant de l’école a des impacts sur sa vie future plus grands que le Coronavirus.»

-Dr Horacio Arruda

En cas d’éclosion

Les parents de l’école en question seront avisés de la situation en cas d’éclosion et des mesures déployées dans les meilleurs délais par leur centre de services scolaire.

Des ressources pour les parents

Guide pour la gestion des cas et des contacts de COVID-19 en milieu scolaire de l’INSPQ.
(Sera transmis aux organisations scolaires le 17 août prochain et aux parents par la suite.) Les indications générales à ce sujet sont aussi disponibles sur Québec.ca/rentrée.

Guide autosoins pour la maladie à coronavirus
Ce guide permet notamment de connaître les symptômes de la COVID-19 et les soins de base à donner à son enfant, et de savoir quand contacter la ligne info coronavirus. (Sera envoyé aux parents avant la rentrée et sera disponible en français et en anglais sur la page Web Québec.ca/coronavirus.)


Pour en savoir plus sur les mesures mises en place pour la rentrée scolaire 2020-2021, visitez le québec.ca/rentrée

Si vous ou votre enfant avez des symptômes liés à la COVID-19, contacter le 1-877 644-4545 ou visitez le Québec.ca/coronavirus

Ontario: des règles claires et rigoureuses

Les détails sur la reprise sécuritaire de l’année scolaire 2020-2021 ont été fournis le 30 juillet dernier par le premier ministre Doug Ford, Christine Elliott, vice-première ministre et ministre de la Santé, Stephen Lecce, ministre de l’Éducation, et la Dre Barbara Yaffe, médecin hygiéniste en chef associée.

  • Les écoles élémentaires (de la maternelle à la 8e année) rouvriront dans toute la province, avec un enseignement en classe cinq jours par semaine.
  • Toutes les écoles secondaires ouvriront avec des protocoles de santé et de sécurité améliorés. Tous les élèves du secondaire verront des horaires différents au cours de cette année scolaire, conçus pour les garder dans une petite cohorte d’élèves.

Les écoles secondaires des commissions scolaires désignées par la province ouvriront sur un modèle adapté, avec des cohortes de classe d’environ 15 élèves, avec des horaires qui représenteraient la fréquentation en personne d’au moins 50% des jours d’enseignement.

Les élèves du secondaire dans un modèle adapté se verraient attribuer un travail lié au programme d’études lors de journées d’apprentissage à distance et, si possible, participeraient à un apprentissage synchrone avec leur enseignant et leurs camarades de classe pendant une période de chaque journée d’école. Cette orientation sera revue régulièrement par la province en consultation avec les responsables de la santé publique, et ces conseils seront soutenus dans la transition vers des modèles de présence quotidienne.

À noter que pour les élèves du primaire et du secondaire, la fréquentation scolaire en personne sera facultative pour l’année scolaire 2020-2021 afin de permettre aux parents de prendre des décisions qui conviennent à leurs enfants et à leur famille.

Les commissions scolaires offriront un apprentissage à distance à tous les élèves qui choisissent cette option.

Dépistage quotidien des symptômes

  • Les élèves, les enseignants et le personnel de l’école doivent effectuer un autodépistage des symptômes du COVID-19 avant de quitter la maison.
  • Les étudiants et le personnel qui ne se sentent pas bien doivent rester à la maison après l’école.
  • Si un élève a un problème de santé préexistant, il est conseillé aux parents de parler au professionnel de la santé de la famille avant de retourner à l’école.

Stratégies de protection

  • Tous les membres du personnel et les élèves doivent effectuer un auto dépistage tous les jours avant d’aller à l’école.
  • Panneaux pour renforcer l’auto dépistage, l’hygiène des mains, l’éloignement et l’utilisation à sens unique des couloirs, les ajustements des pratiques d’entrée et de sortie, les ajustements de l’utilisation des terrains de jeux et des terrains de l’école, la signalisation dans les salles de bain et la disponibilité du désinfectant pour les mains.
  • Former les étudiants à l’hygiène des mains.
  • Planifier des pauses pour permettre aux élèves de se laver les mains.
  • Les élèves de la 4e à la 12e année devront porter des masques non médicaux ou en tissu à l’intérieur de l’école, y compris dans les couloirs et pendant les cours. Les élèves de la maternelle à la 3e année seront encouragés, mais pas tenus de porter des masques dans les espaces intérieurs.
  • Des masques médicaux et une protection oculaire (c.-à-d. Un écran facial) seront fournis à tous les enseignants et autres membres du personnel des conseils scolaires. On s’attendra à ce que tout le personnel de l’école porte des masques, avec des exceptions raisonnables pour les conditions médicales.
  • Le personnel de l’école qui est régulièrement en contact étroit avec les élèves recevra tous les équipements de protection individuelle (EPI) appropriés.
  • Les écoles limiteront considérablement, voire interdiront les visiteurs, y compris les parents.

Élève ou personnel présentant des symptômes à l’école

  • Tout élève ou membre du personnel qui développe des symptômes du COVID-19 à l’école doit: être immédiatement séparé des autres, dans une pièce séparée si possible, jusqu’à ce qu’ils puissent rentrer chez eux.
  • Ne pas prendre les transports étudiants ou publics.
  • Être surveillés après leur isolement.
  • Maintenir la distance physique.
  • Porter un équipement de protection individuelle conforme aux directives sanitaires.

Parents, tuteurs et personnel présentant des symptômes

Si vous êtes un parent, un tuteur ou un membre du personnel scolaire présentant des symptômes, utilisez l’outil d’auto-évaluation en ligne et suivez les instructions.

Si votre test de dépistage du COVID-19 est positif dans un centre d’évaluation, vous ne pouvez pas retourner à l’école tant que vous n’avez pas été autorisé selon les directives de santé publique. Après votre premier test positif, lorsque vous testez négatif à nouveau, vous pouvez retourner à l’école après avoir perdu tout symptôme pendant 24 heures.

La France envisage l’enseignement à distance

Du côté de la France, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a rendu public son plan pour la rentrée automnale le 10 juillet dernier.

«Tous les élèves sont accueillis sur le temps scolaire. Afin de garantir la santé des élèves et des personnels, et eu égard à la situation épidémique à la date de la présente circulaire, le respect des règles sanitaires essentielles doit être assuré», a-t-il déclaré.

Une circulaire pour mieux informer

Afin d’informer la population des règles sanitaires à observer, le mInistre a publié une circulaire qui énonce les règles:

  • Gestes barrière
  • Hygiène des mains
  • Port du masque pour les adultes et les élèves de plus de 11 ans lorsque les règles de distanciation ne peuvent être respectées dans les espaces clos ainsi que dans les transports scolaires.
  • Nettoyage et aération des locaux.

À l’instar du ministre Roberge, afin d’encadrer de façon sécuritaire cette rentrée exceptionnelle, le ministère français a pris avis auprès du Haut conseil de la santé publique et du conseil de Défense, le pendant français de l’Institut national de santé publique du Québec. «Dans l’hypothèse où la situation sanitaire exigerait des mesures plus strictes, du fait d’une circulation active du virus sur tout ou partie du territoire national, un plan de continuité pédagogique, consultable dans les prochains jours sera mis en place pour assurer l’enseignement à distance», précise la circulaire.

S’étant déplacé dans un lycée de Paris, le ministre Jean-Michel Blanquer a déclaré: «Nous nous mettons en situation de répondre à toute éventualité, notamment au cas où il y aurait une deuxième vague, qui peut intervenir largement après le mois de septembre. Si cela devait arriver, nous avons un plan de continuité national (…) et dans le pire des cas, par l’enseignement à distance, pour lequel évidemment nous continuerons à nous améliorer. Notre objectif est évidemment d’assurer au mieux la scolarité de tous les élèves», a-t-il ajouté.

Offrir un milieu où l’apprentissage est au premier plan

«L’objectif prioritaire de cette rentrée est d’établir un cadre serein propice aux apprentissages et à la reprise de la vie collective. Il s’agit de résorber les écarts qui ont pu naître de cette crise sanitaire, ce qui implique d’identifier les besoins propres à chaque élève et d’y répondre de manière personnalisée», précise le ministre.

Le confinement et la crise sanitaire ont eu un effet sur le décrochage: selon le ministère, 4% des élèves ont décroché et parfois «beaucoup plus», selon le témoignage d’enseignants qui affirment avoir perdu jusqu’à un tiers de leur classe. En réponse à cette réalité, le ministère a annoncé que 1.500.000 heures supplémentaires seraient mises en place pour renforcer l’accompagnement personnalisé et l’aide aux devoirs.

La Suisse: le masque est de mise

Les cantons organisent la rentrée scolaire sous le signe du masque

  • À Genève, le port du masque sera imposé aux étudiants à la prochaine rentrée lorsque la distance de 1,5 mètre entre les personnes ne pourra pas être respectée ou si aucune protection physique n’est en place.
  • Dans le canton de Vaud, ce sont les élèves des gymnases et des écoles professionnelles qui devront arborer un masque à la rentrée du 24 août. L’obligation ne concerne pas les plus jeunes, qui fréquentent l’école obligatoire.
  • La Suisse a signé un accord avec la société américaine Moderna portant sur l’achat de 4,5 millions de doses de vaccin, communique vendredi l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Objectif: s’assurer un accès rapide au vaccin.
  • L’OFSP recommande toujours de conserver une distance de 1,5 mètre avec les personnes qui ne sont pas du même ménage, de porter un masque dans le cas où cette distance ne peut être maintenue et de respecter les règles d’hygiène.

Suivi assuré par la rédaction multimédia de RTSinfo
Source: https://www.rts.ch/info/suisse/11516872-port-du-masque-obligatoire-pour-les-etudiants-genevois-a-la-rentree.html,
Publié le vendredi, 7 août 2020

La Belgique: les règles se font attendre

Du côté de la Belgique, les parents sont toujours en attente de règles claires pour la rentrée scolaire. Ainsi, lors d’une conférence de presse qui se tenait ce lundi, Antoine Iseux, porte-parole du Centre de Crise National (NCCN), s’est adressé aux enfants: «Profitez de vos vacances pour le moment!»

Il a ajouté: «Les communautés ont agi fin d’année scolaire dernière et se préparent pour cette rentrée, mais il est un petit peu tôt pour savoir ce qu’il va se passer en septembre et quel type de rentrée nous aurons en Belgique, quelle que soit la communauté. Tout va dépendre de l’évolution du virus dans notre pays, donc encore un peu de patience, le temps d’en voir plus clair sur le front épidémique en Belgique».

Une rentrée qui passera à l’histoire

Port du masque, enseignement à distance, dépistage, etc., la rentrée 2020-2021 passera à l’histoire pour avoir été la rentrée de toutes les contraintes et de toutes les précautions.

Les parents, les enfants, les enseignants et le personnel enseignant; tous doivent faire preuve de bonne volonté et de courage afin d’affronter ces circonstances singulières. Mais au coeur de toutes ces mesures sanitaires, tous sont guidés par le même objectif: donner à nos enfants l’éducation qu’ils méritent.

Et comme le disait Ralph Waldo Emerson (1860)
«Le secret de l’éducation réside dans le respect de l’élève»… et des consignes.

Commentaires

luctus libero Aliquam venenatis ipsum eleifend dictum Donec justo sit