Rendre les apprentissages optionnels au Québec: une erreur à corriger.

Retour

Pendant cette pandémie, tout a été mis sur pause, même l’éducation de nos enfants. C’est une erreur qu’il faut corriger dès maintenant.

Au tout début de la crise de la COVID-19 au Québec, en mars dernier, le gouvernement du Québec et son ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur ont décrété 2 semaines de pause dans l’enseignement au Québec. Congé pour les élèves, congé pour les enseignants.

Ensuite, le 22 mars, vint l’annonce de l’annulation des épreuves ministérielles et du 3e bulletin. Pour le reste de l’année scolaire, au Québec, l’apprentissage sera optionnel et on va encourager les enseignants à communiquer avec leurs élèves, surtout les plus vulnérables.

Pour la pédagogie, ce qui est proposé est générique et optionnel

Il y a eu le lancement du portail ecoleouverte.ca proposant des centaines de ressources gratuites pour « aider » les parents et les élèves. Des trousses pédagogiques sont aussi envoyées chaque semaine aux parents. Finalement, Télé-Québec propose aussi une nouvelle programmation à visées pédagogiques.

L’intention est bonne, mais ça ne s’avère utile que pour les parents qui ont le temps, les connaissances et l’énergie pour, d’une part, faire le tri des ressources pertinentes pour leurs enfants et, d’autre part, accompagner leurs enfants quotidiennement dans leurs apprentissages. Les parents ne sont pas des enseignants et leur sentiment de compétence diminue à vue d’œil.

Et sans personnalisation des apprentissages, les gains pédagogiques sont très variables et limités pour les élèves, surtout pour ceux en difficulté.

Monter dans le bateau

Le constat est clair: on a raté le bateau de l’éducation de nos enfants durant cette pandémie, pour le moment du moins. Il aurait fallu s’engager dans la voie de l’enseignement à distance le plus rapidement possible, comme l’a fait l’Ontario ou comme l’ont fait certaines écoles du Québec. Évidemment, il y a des enjeux et défis, mais la formation professionnelle et les solutions pédagogiques et technologiques existent.

Par souci d’égalité, on a préféré ne pas valoriser ou obliger l’enseignement à distance, car les élèves de milieux défavorisés sont moins outillés à la maison pour le faire (ordinateurs, connexions Internet, parents accompagnateurs, etc.). Ce faisant, on les a encore plus laissés tomber. Il aurait fallu recenser les besoins, équiper ces familles et enfants et aller de l’avant. Ça n’aurait pas été parfait, évidemment, mais ça aurait été beaucoup mieux.

Et les élèves ayant des difficultés ou troubles d’apprentissages? Même constat. Ils ont besoin de soutien plus que jamais. Rendre l’apprentissage optionnel avec des ressources génériques gratuites n’aidera jamais suffisamment ces élèves. Déjà que leur parcours est difficile en temps normal, la situation actuelle pourrait être dramatique pour plusieurs d’entre eux. Les outils technologiques sont au cœur de la réussite scolaire de milliers d’entre eux et la technologie est au cœur de l’enseignement à distance. Ils pourront progresser et faire valoir leurs forces et talents même en situation d’enseignement à distance.

Ce ne sera plus comme avant… pendant longtemps

Et les enseignantes et enseignants du Québec? Il faut les former, les outiller, les encadrer. Ils veulent aider et faire la différence, mais on doit les aider à s’adapter rapidement. Les écoles ne seront plus les mêmes pour un petit bout (et peut-être pour toujours) et l’organisation scolaire et pédagogique de notre système d’éducation devra s’adapter. C’est un fait.

De toute façon, la rentrée en mai ou en septembre sera fort probablement progressive et à temps partiel pour les élèves. L’enseignement à distance devra être combiné à l’enseignement en classe pour encore de nombreux mois ou années à venir.

Mais pour réussir, il faudra des directives claires et le courage de faire les choses différemment au Québec au bénéfice de tous nos enfants. C’est ce qu’il faut faire pour eux. Et, comme j’aime le rappeler, les décisions prises pour le bien des enfants sont toujours de bonnes décisions pour la société.

Biographie

Papa de 3 et entrepreneur social

Papa de 3 garçons et entrepreneur social, Carlo oeuvre dans le monde de l’éducation depuis plus de 14 ans. Instigateur du projet Aidersonenfant.com, il partage ici sa vision, ses idées et ses observations sur son rôle de père de famille, mais aussi sur la société dans laquelle ses enfants vivent aujourd’hui et vivront demain.

Lire la suite →

Sur le même thème

16 ans

Article

Bal des finissants: nos ados en ont gros sur le coeur

On en parle depuis plusieurs semaines déjà et maintenant, ça y est, nous en sommes véritablement à la fin de l’année et nos ados se…
5 à 17 ans

Article

La rentrée 2021: et si on en faisait notre alliée?

Alors que nous avons les deux pieds bien ancrés dans la rentrée, certains parents et certains enfants sentent le stress les envahir. Mais si le…
6 à 17 ans

Article

Éducation à la sexualité: pourquoi et comment collaborer avec l’école ?

Depuis 2018 le programme d’éducation à la sexualité à l’école prévoit 5 heures par année au primaire et 15 heures au secondaire. Comme parent, parler…
5 à 12 ans

Article

Comprendre le programme d’éducation à la sexualité de nos enfants au primaire

Depuis 2018, les élèves de la maternelle à la 6e année reçoivent entre cinq et quinze heures de cours sur la sexualité. Pourquoi leur expliquer…

Blogue

Changer le monde de l’éducation une valeur à la fois!

Alors que l'enseignement à distance a la cote, quelle est la valeur des classes en présentiel? En cette ère où le monde de l'éducation est…