Jouer avec les émotions pour retenir les noms

5 à 17 ans
Retour

Vous rêvez de retenir tous les noms de personnages facilement et de ne plus jamais faire répéter le nom d’une personne qu’on vous présente? Lisez les trucs de Daniel Gagnon, orthopédagogue.

Lire une histoire contenant un grand nombre de personnages peut parfois être frustrant, surtout s’ils sont inusités. Les personnages de Dostoïevski ont parfois quatre noms. Le personnage central de Crime et châtiment s’appelle Rodion Romanovitch Raskolnikov, surnommé Rodia… On a parfois besoin d’un arbre généalogique! Comment retenir les noms ou, au minimum, différencier les personnages?

Utiliser ses émotions

Il faut savoir qu’on retient davantage ce qui nous frappe ou ce qui nous est utile. Ainsi, notre mémoire est reliée à nos expériences et à nos émotions. Un événement qui suscite une émotion forte — joie, colère, peur, tristesse, surprise, dégoût — sera plus facilement retenu. Pourquoi? Parce que notre cerveau l’enregistrera plus profondément, c’est-à-dire à plusieurs endroits dans le cerveau et avec des connexions plus nombreuses, notamment parce qu’une émotion intense dure plus longtemps et sollicite davantage les parties primitives de notre cerveau.

Répéter

De même, une information, un chemin ou un processus qui sont utilisés à répétition créeront chaque fois de nouvelles connexions cérébrales, renforçant son ancrage. À l’inverse, les neurones qui ne sont plus activés sont recyclés et les liens neuronaux sont modifiés. Par exemple, si on perd un membre, les neurones qui activaient ce membre n’étant plus utilisés, le cerveau les récupérera afin de s’en servir à d’autres usages.

Bref, la base de la mémorisation est de créer une association avec une émotion forte et de la répéter.

Remarquer

La première chose à faire, c’est de remarquer. Souvent on nous présente quelqu’un et, une minute plus tard, on va dire : «Excusez-moi! Je ne me souviens plus de votre nom…». En fait, ce n’est pas vrai qu’on ne se souvient plus de son nom; la réalité, c’est qu’on ne l’a jamais su.

Quand on nous a présenté la personne, on n’a pas écouté son nom, on pensait à autre chose: «Ah, mes mains sont moites!», «Je dois sourire…», «J’ai déjà vu ce visage…». Vous devez apprendre à remarquer le nom, à l’écouter attentivement et à le répéter pour vous assurer que vous l’avez bien compris.

C’est la même chose lorsqu’on lit. Si on veut retenir les noms, il faut les remarquer, s’arrêter brièvement pour répéter le nom à haute voix. Le fait de le dire à haute voix n’a pas de valeur en soi, c’est simplement une façon de le remarquer; vous pourriez aussi bien le chanter, le crier ou le chuchoter.

Les oignons dans la fosse aux lions

Puis, faites une rime idiote ou un jeu de mots banal. Prenons mon nom : Daniel Gagnon. Daniel au miel; Gagnon les oignons; Gagnons nos épaulettes; Daniel dans la fosse aux lions, etc.

Si vous revoyez mon nom plus tard dans la journée ou le lendemain, il y a plus de chances que vous vous souveniez que c’est celui qui a écrit un billet sur… «Daniel Gagnon? Oui! Les oignons dans la fosse aux lions!»

Pour différencier seulement les personnages d’un livre, il est important de ne pas y consacrer trop de temps. Tout ça doit se faire en quelques secondes à peine, sinon vous perdrez l’intérêt de le faire.

Mémoire à long terme

Si vous voulez retenir à long terme, là vous devrez en faire plus; il faudra «distribuer» l’apprentissage, soit l’étaler dans le temps. Vous devrez jouer avec les émotions et répéter souvent. Répéter dans la journée, le lendemain, les jours suivants. Daniel Gagnon devient alors un Daniel que vous connaissez et que vous aimez ou détestez. Par exemple, il devient le chanteur Daniel Lavoie qui GAGNE de nombreux trophées et vous apparaissez à ses côtés, hystérique, sur une scène d’Hollywood. Il faut sentir la victoire et il ne faut surtout pas avoir peur du ridicule, ni d’exagérer.

Avoir une bonne mémoire, c’est une question d’état d’esprit : il faut voir cela comme un jeu ou un hobby, et comme un défi. Certains font des mots croisés, d’autres jouent aux échecs; vous, vous apprenez. Amusez-vous bien!

À retenir

  • Les événements suscitant une émotion sont plus susceptibles d’être retenus.
  • La répétition crée de nouvelles connexions cérébrales et favorise la rétention d’information.
  • Prendre le temps d’écouter et de remarquer aide à retenir les noms.
  • Les rimes et les jeux de mots peuvent aussi faciliter la mémoire des noms.

— Dernière mise à jour: 16 octobre 2017

Biographie

Orthopédagogue; Spécialiste de la lecture rapide et des techniques de mémorisation.

En plus d’être un auteur et un conférencier, Daniel Gagnon est un orthopédagogue spécialisé dans l’enseignement de la lecture rapide et des techniques de mémorisation qui se démarque par sa rigueur et sa connaissance approfondie des mécanismes de la lecture et des stratégies d’apprentissage.

Lire la suite →

Sur le même thème

Blogue

Changer le monde de l’éducation une valeur à la fois!

Alors que l'enseignement à distance a la cote, quelle est la valeur des classes en présentiel? En cette ère où le monde de l'éducation est…
6 à 17 ans

Article

Éducation à la sexualité: pourquoi et comment collaborer avec l’école ?

Depuis 2018 le programme d’éducation à la sexualité à l’école prévoit 5 heures par année au primaire et 15 heures au secondaire. Comme parent, parler…
5 à 12 ans

Article

Les mathématiques: déboulonnons les mythes

Les mathématiques! Certains adorent et d'autres détestent. Cette matière, pourtant essentielle, fait l’objet d’une foule de préjugés tenaces et difficiles à déconstruire. Les garçons sont-ils…
5 à 12 ans

Article

Comprendre le programme d’éducation à la sexualité de nos enfants au primaire

Depuis 2018, les élèves de la maternelle à la 6e année reçoivent entre cinq et quinze heures de cours sur la sexualité. Pourquoi leur expliquer…
16 ans

Article

Bal des finissants: nos ados en ont gros sur le coeur

On en parle depuis plusieurs semaines déjà et maintenant, ça y est, nous en sommes véritablement à la fin de l’année et nos ados se…