Être maman et étudiante en même temps

Retour

Vous êtes une maman et vous étudiez en même temps? Vous sentez que d'étudier et prendre soin de vos enfants se révèle plus compliqué que vous ne l'imaginiez? Votre vie est minée par le stress? Vous recherchez des astuces pour vous aider? Il en existe! Olmaille, une maman aux études raconte comment elle a fait pour trouver l’équilibre entre sa vie de famille et ses études.

* Version en créole disponible ici.

Ancienne enseignante à l’école primaire en Haïti, je suis maintenant étudiante en communication à l’Université de Montréal. De l’éducation à la communication, qu’est-ce qui a dirigé mon choix? Après 6 ans d’expérience dans l’enseignement, je voulais ajouter une autre corde à mon arc, acquérir de nouvelles compétences. En réalité, étant arrivée au Québec il y a 4 ans, vouloir retourner aux études pouvait sembler une décision peu judicieuse. J’ai eu à faire face à des commentaires qui me rendaient anxieuse par moment.

  • «Tu as perdu la tête, pourquoi retourner aux études?»
  • «Tu viens d’immigrer dans un pays, ton premier réflexe est d’aller à l’école? À ta place je me trouverais un boulot, s’il y a lieu je retournerais à l’école dans le futur.»
  • «Si tu tombes enceinte comment tu vas pouvoir gérer ta famille et tes études en même temps?»
  • «Es-tu consciente de ton choix?»

Ma vie d’étudiante

Lorsque j’ai commencé mon baccalauréat en automne 2017, j’étais à mon 5e mois de grossesse. Avant de débuter les cours, j’avais des appréhensions par rapport aux regards des autres étudiants vis-à-vis de ma situation. J’avais peur d’être rejetée à cause de ma bedaine. Cette crainte est survenue compte tenu de ma perception haïtienne. En Haïti c’est rare de voir des femmes enceintes aller à l’université. Il y a moins d’accommodements en ce sens. Mon autre souci était de ne pas pouvoir réussir mes cours à cause de mes épisodes de fatigue. Mais plus de peur que de mal, mon intégration à l’université s’est bien passée. En effet, le programme de jumelage qui vise à associer les nouveaux étudiants avec les anciens en vue de les orienter a facilité mon adaptation. Cette activité m’a permis d’éliminer les biais que j’avais quant à mon entrée à l’université.

Mine de rien, j’étais très motivée dès la première semaine. Ma première session a super bien débuté. Je n’ai jamais manqué de cours. Cependant, quelquefois il m’arrivait de m’endormir au moment où les professeurs enseignaient. C’était ma réalité. Pour éviter cela, je me rappelle certaines fois où j’ai préféré me tenir debout pour pouvoir les suivre.

Ma vie de maman

À l’hiver 2018, pour la première fois, je suis devenue maman. Une nouvelle aventure commence, de nouvelles choses à apprendre. Ce n’est plus la vie d’avant. Plein de surprises! Et maintenant, comment jongler avec ces deux réalités: ma vie étudiante et ma vie de maman?

L’arrivée de Maya a complètement changé ma vie. M’occuper d’elle et gérer mes études s’est révélé une tâche beaucoup plus difficile que prévu, et ce, même avec l’aide de mon mari. Il m’a fallu du temps pour pouvoir jumeler les deux. J’ai dû abandonner une session à l’université, car je voulais passer plus de temps avec elle et mieux profiter de chaque instant vécu à ses côtés. Je ne savais pas à quel point, qu’être maman voulait dire accepter de faire des sacrifices pour le bonheur de son enfant.

  • J’ai appris à rester éveillée toute la nuit parce qu’elle ne faisait pas les siennes.
  • J’ai appris à négliger mon corps pour prendre soin d’elle.
  • J’ai appris à délaisser les tâches ménagères pour lui consacrer mon temps.
  • J’ai appris à repousser mes heures de dîner pour pouvoir l’allaiter.
  • J’ai appris à réorganiser ma maison afin de lui donner assez d’espace pour bouger lorsqu’elle commençait à faire ses premiers pas.
  • J’ai appris à déplacer mes rendez-vous quand la garderie m’appelait parce qu’elle ne se portait pas bien.
  • J’ai appris à la tenir dans mes bras pendant que je rédigeais mes devoirs.
  • J’ai appris à m’absenter de mes cours pour l’amener à l’urgence.

Nouveau mode de vie, nouvelle réorganisation

Euh, oui il faut apprendre à s’ajuster par rapport à ces changements. Avant, j’étudiais à temps plein, mais j’ai compris qu’il ne serait plus possible pour moi de faire 4 cours, alors j’ai décidé d’en diminuer le nombre.

Être maman vient avec son lot de défis. On est tout le temps au four et au moulin. Il est normal que je me sente épuisée quelquefois, mais l’important est de ne pas me sentir coupable face à mon incapacité à vouloir tout faire. Je vais à mon rythme. Quand ça ne va pas, je n’ai pas peur d’aller chercher de l’aide.

C’est peut-être difficile, mais ce n’est pas impossible. La preuve est que j’ai pu surmonter tous les obstacles et me voici au terme de mes études et je suis fière de mon accomplissement!

Lorsque je me suis rendu compte que je ne pouvais pas arriver à destination au temps voulu, je me suis alors installée confortablement sur mon siège pour profiter du paysage pendant le trajet. J’ai pris le temps de profiter de chaque seconde, chaque minute, chaque heure de mon voyage passé auprès de ma fille durant les premières années de sa vie. Je ne regretterai jamais d’avoir choisi de laisser du temps au temps.

Biographie

Adjointe aux communications et maman

Originaire de Port-au-Prince, Olmaille s’est installée au Québec en février 2017. Épouse et maman d’une fillette de 3 ans, elle a travaillé pendant 6 années en enseignement primaire en Haïti. Actuellement, elle complète un baccalauréat en communication à l’Université de Montréal. Après ses études, elle souhaite travailler comme créatrice de contenus en communication interne et externe. Elle est aussi intéressée par la gestion des médias sociaux. Olmaille est une personne de connexion, qui aime les relations interpersonnelles. Amicale et bienveillante, son plus grand bonheur est de voir les gens autour d’elle être heureux. Elle trouve du plaisir à apporter son soutien aux personnes qui sont dans le besoin. Passer du temps de qualité avec sa famille et ses ami.e.s, contempler la beauté de la nature et faire du bénévolat font partie de ses passions.

Lire la suite →

Sur le même thème

3 à 12 ans

Articles

Les caprices alimentaires: à bat les crises!

Votre enfant refuse de manger trop souvent ce qu’il y a dans son assiette? L’heure des repas est devenue un champ de bataille et vous…

Blogues

L’apprentissage de l’autonomie chez son enfant: une expérience enrichissante!

«Non maman, je veux m’habiller toute seule. Je suis une grande fille», me répète Maya quand je veux l’aider à enfiler ses vêtements. À 3…

Articles

S’adapter pour mieux s’intégrer: trois femmes se racontent

Comment réussir à s’adapter pour bien s’intégrer dans un pays quand on est immigrant? Comment et où faut-il aller chercher de l’information? Quand on a…

Blogues

Aprann pitit ou otonòm, yon eksperyans ki gen anpil richès

«Non manman, mwen vle mete rad sou mwen pou kont mwen. Mwen gran kounyea», se sa Maya dim lèm vle ede li mete rad sou…

Articles

Rive adapte pou ka byen viv entegrasyon: tande eksperyans 3 imigran

Kijan imigran yo ka fè pou yo rive viv nan peyi kote yap viv la? Kijan pou yo ale chèche enfòmasyon yo bezwen yo? Kijan…