COVID-19: mon enfant est inquiet, comment le rassurer?

5 à 12 ans
Retour

Certains enfants peuvent avoir quelques insécurités face à la COVID-19. Vais-je l'attraper? Papa ou maman vont-ils être malades? Comment les rassurer et quels mots utiliser pour atténuer leurs craintes, les sécuriser et les mettre en confiance? Julie Richard, technicienne en éducation spécialisée, fait le tour de la question.

Depuis le retour en classe, votre enfant revient à la maison avec beaucoup de questions sur la maladie de la COVID-19. Il ne comprend pas trop ce que ça veut dire et les impacts que cela peut avoir. Il est inquiet et il a peur de l’attraper ou que ses parents l’attrapent. Il peut aussi côtoyer des enfants ou des enseignants qui l’ont contractée et qui sont de retour en classe. Il entend beaucoup de choses à l’école, à la maison ou à la télévision et il ne sait plus trop quoi faire ou comment agir.

Comme parent ou adulte, on n’arrive pas toujours à se rassurer et à bien saisir tout ce qui se passe présentement. Donc, comment faire, dans de pareilles circonstances, pour arriver à trouver les bons mots pour rassurer nos enfants et faire en sorte qu’ils se sentent en sécurité et en confiance?

Quels mots utiliser?

Pour commencer, il est important de prendre le temps d’écouter notre enfant et de l’accueillir dans ce qu’il vit. Cela lui permettra de réaliser que ses émotions sont normales et que vous êtes là pour lui. Selon son âge, il faut lui dire la vérité dans des mots simples et faciles à comprendre. On peut aussi utiliser des images ou des vidéos que l’on peut trouver sur le Web.

A titre d’exemple, on peut télécharger gratuitement le livre «Petit covid devenu gigantesque» écrit par Nathalie Parent et Fabrice Boulanger. Il y a également l’auteure et illustratrice Elise Gravel qui a créé une bande dessinée pour expliquer le coronavirus aux enfants. Vous pouvez la télécharger sur sa page elisegravel.com.

Pour lui permettre de se sentir rassuré, la présence chaleureuse du parent est primordiale. Vous pouvez lui expliquer comment se transmet le virus et de quelle façon le corps humain peut le combattre. Il est important de ne pas lui transmettre vos propres peurs ou inquiétudes. Rappelez-lui que les adultes autour de lui sont là pour le protéger et invitez-le à vous en parler au besoin. Vous pouvez également en parler à son enseignant.e ou éducateur.trice afin de les sensibiliser aux inquiétudes de votre enfant. Ils peuvent être des alliés importants pour vous accompagner dans le quotidien.

Il est possible que votre enfant ne comprenne pas pourquoi il peut aller à l’école et faire des courses, mais qu’il ne peut pas aller chez ses amis ou les recevoir à la maison. Il peut également être confronté aux différentes opinions des gens autour de lui et avoir envie de ne pas respecter les consignes. Il devient donc important de lui expliquer pourquoi les consignes sanitaires existent et de quelle façon elles peuvent le protéger de la maladie.

Rappelez-lui que les consignes concernent tout le monde, tant les enfants que les adultes de tous les milieux. Si votre enfant est souvent exposé aux médias et aux réseaux sociaux, il vous faudra sans doute diminuer le temps d’écran. De cette façon, vous pourrez un peu mieux contrôler l’information à laquelle votre enfant sera exposé.

Et si mon enfant développe la maladie?

Votre enfant a développé des symptômes et vous n’avez pas eu d’autres choix que d’aller le faire tester. S’en est suivi un diagnostic positif à la COVID-19 et un isolement de la famille le temps de la guérison. Vous avez donc passé plusieurs heures à le rassurer en plus de rassurer votre entourage. Durant cette période, il a peut-être fait l’école à la maison et il a pu maintenir un contact avec l’école et sa classe. Par contre, une fois guéri, il est temps de retourner à l’école. Votre enfant est craintif d’y retourner, il nomme que les autres ont peur de l’approcher et certains refusent même de lui parler.

Vous pouvez encourager votre enfant à en parler à un adulte en premier lieu. Par contre, vous pouvez l’accompagner à l’école afin de leur expliquer la situation. L’école pourra certainement sensibiliser les enfants à la maladie, aux symptômes et à la période de contagion. Rien de mieux que d’être bien informé et soutenu pour passer à travers cette épreuve.

Malgré tout, il demeure important de prendre du temps pour soi et en famille pour passer au travers de cette pandémie. Continuer de faire des activités ensemble et de profiter du temps passé en famille, ce sont des moments précieux. Les relations entre vous ne seront que plus fortes. Cette relation de confiance et de transparence vous aidera à accompagner votre famille.

En résumé, il faut  prendre le temps de l’accueillir avec bienveillance. Dites-lui la vérité et votre enfant comprendra qu’il peut vous faire confiance et que vous êtes là pour lui.

À retenir

  • Utiliser des mots simples.
  • Dire la vérité.
  • Bien écouter ce que son enfant a à dire.
  • L’encourager à poser des questions.

— Dernière mise à jour: 22 janvier 2021

Biographie

Technicienne en éducation spécialisée

Julie Richard détient une technique en éducation spécialisée du Cégep de Saint-Jérôme et un certificat en santé mentale de l’Université de Montréal. Toujours à la recherche de nouvelles formations pour aider les familles, elle a fait la formation sur le sommeil des enfants 0-5 ans de Brigitte Langevin et elle est maintenant praticienne en coaching familial de l’institut de coaching familial de Nancy Doyon. Ayant débuté sa carrière dans les commissions scolaires, elle travaille maintenant au CISSS des Laurentides depuis 2003 et, plus particulièrement, auprès des jeunes familles en contexte de vulnérabilité depuis 2012. Avec le désir de vouloir accompagner et guider les familles, elle fait également de la pratique privée. Elle est reconnue pour sa rigueur et son dévouement. L’enfant et sa famille se retrouvent toujours au centre de ses interventions. Elle souhaite donc offrir à sa clientèle le meilleur service qui soit afin que tous puissent actualiser leur plein potentiel et retrouver une certaine harmonie.

Lire la suite →

Sur le même thème

Articles

Rive adapte pou ka byen viv entegrasyon: tande eksperyans 3 imigran

Kijan imigran yo ka fè pou yo rive viv nan peyi kote yap viv la? Kijan pou yo ale chèche enfòmasyon yo bezwen yo? Kijan…

Articles

S’adapter pour mieux s’intégrer: trois femmes se racontent

Comment réussir à s’adapter pour bien s’intégrer dans un pays quand on est immigrant? Comment et où faut-il aller chercher de l’information? Quand on a…

Blogues

Aprann pitit ou otonòm, yon eksperyans ki gen anpil richès

«Non manman, mwen vle mete rad sou mwen pou kont mwen. Mwen gran kounyea», se sa Maya dim lèm vle ede li mete rad sou…

Blogues

L’apprentissage de l’autonomie chez son enfant: une expérience enrichissante!

«Non maman, je veux m’habiller toute seule. Je suis une grande fille», me répète Maya quand je veux l’aider à enfiler ses vêtements. À 3…
3 à 12 ans

Articles

Les caprices alimentaires: à bat les crises!

Votre enfant refuse de manger trop souvent ce qu’il y a dans son assiette? L’heure des repas est devenue un champ de bataille et vous…