Isolement social et déconfinement: nos ados ont besoin de leurs parents

12 à 17 ans
Retour

On le sait tous, à l’adolescence, la vie sociale est primordiale. Bien que le déconfinement soit bien entamé, celle-ci a été presque inexistante au cours des derniers mois et plusieurs ados se sont sentis très isolés. De quelle façon les parents peuvent-ils accompagner leurs ados dans cette période de déconfinement et d'isolement social à la fois?

La pandémie actuelle a amené son lot de difficulté et d’émotions pour tout un chacun. Les adolescents n’ont pas été épargnés loin de là. Le confinement a provoqué la fermeture des écoles et de toutes les activités. On le sait tous, à l’adolescence, la vie sociale est primordiale. Et voilà que cette dernière n’existe plus avec l’arrivée de ce fameux virus. Comment nos ados ont-ils pu vivre cette période si difficile? De quelle façon les parents peuvent-ils accompagner leurs enfants lors de cet isolement et de la période de déconfinement?

Les émotions

Le confinement a provoqué plusieurs émotions chez nos adolescents: la peur, le stress, la colère, l’anxiété, la nervosité… Toutes ces émotions sont normales puisqu’on vit une situation vraiment particulière. La peur du virus, d’échouer ton année scolaire, de ne pas revoir tes amis. La colère de l’annulation du bal de finissant, de ne pas pouvoir aller voir tes amis. Les appels via Facetime ou Zoom font leur temps, mais ce n’est pas comme voir les gens réellement.

Le déconfinement fait aussi vivre de grandes émotions. La colère ou la surprise de voir que les écoles secondaires n’ouvrent pas leur porte en même temps que les écoles primaires. Les petits frères et petites soeurs vont pouvoir revoir leurs amis à l’école, mais pas les adolescents. La joie est aussi présente de voir que les rassemblements commencent à être permis.

Pour certains, le confinement a aussi amené de l’anxiété face au virus et la crainte du déconfinement. Les gens deviennent méfiants et ont peur de sortir et de l’attraper. Pour d’autres, comme le virus est invisible, c’est comme s’il n’existait pas. Ces personnes sortent sans se soucier des mesures de protection et des conséquences que cela peut amener.

Bref, peu importe l’émotion, il n’est pas toujours facile de savoir quoi faire ou comment la gérer autant pour les adolescents que pour les parents.

Comment accompagner mon adolescent

La période de l’adolescence n’est pas toujours facile à gérer pour les parents. En temps de pandémie et d’isolement social, on peut penser que c’est encore moins facile pour eux. Il faut gérer le tempérament de notre adolescent qui se cherche une identité propre à lui tout en lui demandant de respecter les nombreuses consignes sanitaires qui changent régulièrement.

  • Prendre le temps de lui expliquer que les consignes sanitaires ne viennent pas de vous, mais bien du gouvernement et que tout le monde doit s’y conformer. Comme parent, il est également important de montrer l’exemple et de suivre les règles. Si vous ne le faites pas, votre ado se dira qu’il n’est pas nécessaire de le faire.
  • Assurez-vous que votre adolescent a les bonnes informations sur la situation et que les sources sont fiables.
  • Rassurez-le. Même s’ils donnent parfois l’impression d’être devenus grands et matures, ils ont encore besoin de se faire rassurer et de sentir la présence de l’adulte près de lui.
  • Comme parent, vous avez vos limites et vous pouvez le nommer. Vous vivez cette situation unique en même temps qu’eux et cela vous amène également des craintes. Laissez la porte ouverte au dialogue et faites-leur comprendre que leurs émotions sont normales.
  • Favorisez les bonnes habitudes de vie. Après tout, la vie normale devrait reprendre son cours un jour.
  • L’année scolaire étant terminée et le déconfinement commencé, le virus est toujours présent. Vos enfants vont sortir et reprendre contact avec leurs amis. Encouragez-les à suivre encore les consignes sanitaires.

La propagation du virus tend à diminuer mais il est toujours là. Le confinement a fait ses ravages et il est important d’être à l’écoute de nos enfants et à l’affût des changements de leurs comportements. Ouvrez le dialogue et soyez présents s’ils ont besoin de parler ou de votre présence. Nous vivons une période particulière et il faut faire attention à la santé émotionnelle de tous.

— Dernière mise à jour: 25 juin 2020

Biographie

Technicienne en éducation spécialisée

Julie Richard détient une technique en éducation spécialisée du Cégep de Saint-Jérôme et un certificat en santé mentale de l’Université de Montréal. Toujours à la recherche de nouvelles formations pour aider les familles, elle a fait la formation sur le sommeil des enfants 0-5 ans de Brigitte Langevin et elle est maintenant praticienne en coaching familial de l’institut de coaching familial de Nancy Doyon. Ayant débuté sa carrière dans les commissions scolaires, elle travaille maintenant au CISSS des Laurentides depuis 2003 et, plus particulièrement, auprès des jeunes familles en contexte de vulnérabilité depuis 2012. Avec le désir de vouloir accompagner et guider les familles, elle fait également de la pratique privée. Elle est reconnue pour sa rigueur et son dévouement. L’enfant et sa famille se retrouvent toujours au centre de ses interventions. Elle souhaite donc offrir à sa clientèle le meilleur service qui soit afin que tous puissent actualiser leur plein potentiel et retrouver une certaine harmonie.

Lire la suite →

Sur le même thème

Article

Rive adapte pou ka byen viv entegrasyon: tande eksperyans 3 imigran

Kijan imigran yo ka fè pou yo rive viv nan peyi kote yap viv la? Kijan pou yo ale chèche enfòmasyon yo bezwen yo? Kijan…

Article

S’adapter pour mieux s’intégrer: trois femmes se racontent

Comment réussir à s’adapter pour bien s’intégrer dans un pays quand on est immigrant? Comment et où faut-il aller chercher de l’information? Quand on a…
5 à 17 ans

Article

Déconfiner en conscience… et en famille

Confinement oblige, nous avons dû abandonner notre manière de vivre au cours des derniers mois pour en inventer une nouvelle. Mais maintenant que le vent…

Blogue

Aprann pitit ou otonòm, yon eksperyans ki gen anpil richès

«Non manman, mwen vle mete rad sou mwen pou kont mwen. Mwen gran kounyea», se sa Maya dim lèm vle ede li mete rad sou…

Blogue

Dysphasie: le cheminement courageux d’une maman

Être maman comporte déjà son lot de défis, mais être maman de trois enfants dont deux des filles sont dysphasiques demande une bonne dose de…