Favoriser les bons comportements à l’aide du tableau de motivation

3 à 12 ans
Retour

Lorsqu’un enfant répète un comportement indésirable, le renforcement positif à l’aide d’un tableau de motivation s’avère un outil fort efficace! Nous vous le présentons en détail afin que vous puissiez en faire votre allié à la maison.

Difficile de changer un comportement chez l’enfant : motivons-le!

Êtes-vous un parent à bout de souffle? Vous n’arrivez pas à changer un comportement indésirable chez votre enfant? Comme c’est souvent difficile pour un enfant de modifier un comportement déjà appris, il devient primordial de motiver suffisamment l’enfant par du renforcement positif (récompenses) afin qu’il modifie ses comportements problématiques. Ainsi, que pensez-vous d’apprendre à votre enfant le bon comportement à adopter, et ce, de façon positive et motivante?

Pour y arriver, nous vous proposons une stratégie d’intervention stimulante et aidante : le tableau d’émulation, parfois aussi surnommé « tableau de motivation ».

Les principes de base pour assurer l’efficacité du tableau de motivation

  • Idéalement, l’enfant doit être âgé de plus de trois ans afin qu’il comprenne bien les exigences de ses parents et le comportement attendu.
  • Afin d’établir des objectifs réalistes, les parents doivent évaluer la fréquence à laquelle l’enfant peut présenter le comportement ciblé dans la première semaine. Cette fréquence représentera le niveau de base pour l’élaboration des objectifs dans le tableau.
  • Il est souhaitable que l’enfant commence avec deux ou trois comportements au maximum lorsque vous commencez l’utilisation du tableau, selon ce qu’il est capable d’atteindre. Les comportements doivent représenter des objectifs réalistes et concrets pour l’enfant. Le défi doit correspondre aux capacités de l’enfant afin qu’il vive des réussites dès le départ. Ainsi, il faut revoir le comportement attendu si le succès n’est pas atteint la première semaine, et ce, jusqu’à ce qu’il y ait un premier succès. Par la suite, il faut augmenter ou modifier l’objectif quand il l’atteint avec succès pendant quelques semaines consécutives.
  • Les comportements désirés doivent être formulés à la positive, de façon observable, mesurable et courte. Par exemple : « Je marche dans la maison, je range mes jouets, je parle à voix basse, je dis merci », etc. D’ailleurs, les parents doivent formuler leurs attentes de manière précise, simple et claire à l’enfant.
  • Chaque manifestation du comportement souhaité permet d’accumuler des jetons ou des collants sur le tableau de motivation. Ils peuvent ensuite être échangés contre un privilège pour l’enfant.
  • Les privilèges sont choisis par l’enfant et autorisés par les parents. Il est important d’ajuster la liste de privilèges régulièrement pour maintenir la motivation de l’enfant. Les récompenses se doivent d’être relationnelles le plus possible, et non matérielles, pour favoriser le lien de confiance et éviter la dépendance de l’enfant à des cadeaux ou des objets. Aussi, il est important de ne pas donner de renforcement sans effort. Donnez la récompense uniquement si le comportement a été observé et ne cédez pas à la négociation. Si votre enfant s’approche du comportement attendu, valorisez-le et encouragez-le, tout simplement.
  • Le tableau de motivation doit être bien visible et affiché dans la maison afin de maintenir une constance par rapport aux objectifs.
  • L’élaboration du tableau doit se faire en compagnie de l’enfant. Cette avenue donne un pouvoir à l’enfant dans la démarche et lui permet de le confectionner à son goût tout en développant dès le départ un sentiment d’attachement. En impliquant l’enfant dans la démarche, il sera en mesure d’identifier lui-même le comportement à modifier et d’indiquer les privilèges qu’il aimerait avoir.
  • Félicitez votre enfant quotidiennement et soulignez davantage ses succès que ses échecs tout en ayant de la constance dans le suivi des objectifs avec lui. Plus il y a d’interventions positives, de rétroactions et de renforcements, plus le système sera efficace et rappellera à l’enfant vos attentes de façon constante.
  • Évaluez régulièrement votre tableau d’émulation afin qu’il soit toujours adapté aux besoins et comportements à travailler de votre enfant. De plus, assurez-vous que les récompenses soient alléchantes afin de le motiver à changer ses façons de faire. Souvenez-vous que le tableau est une mesure temporaire pour motiver votre enfant à adopter de meilleurs comportements et qu’il doit durer seulement quelques mois au maximum.
  • Lorsqu’il a des frères et sœurs, nous suggérons que chacun ait son tableau d’émulation pour éviter les injustices et leur permettre de personnaliser leurs objectifs et récompenses.

Les retombées positives d’un tableau de motivation à la maison

Comme le dit Hammarrenger, « rappelez-vous que le tableau de motivation est un moyen qui permet de développer la discipline (faire un bon comportement au bon moment), et non un outil d’apprentissage (apprendre un comportement nouveau). Il est important de ne pas placer l’enfant dans une situation d’échec, car cela pourrait nuire à son estime de soi. » Il est primordial d’inviter l’enfant à développer une fierté et une motivation qui viennent de lui, par exemple en lui demandant : « Es-tu fier d’avoir réussi à ranger tes jouets du premier coup? »

Par ailleurs, selon Barkley, le tableau d’émulation est un outil qui peut favoriser l’estime de soi chez l’enfant, améliorer les relations familiales et enseigner à l’enfant la progression vers un but. En effet, un enfant qui se fait régulièrement réprimander pour l’adoption d’un comportement négatif voit son estime de soi minée, tandis qu’un enfant qui obtient des privilèges à la suite de l’adoption et de la répétition de certains comportements positifs a une meilleure estime de soi, car ses parents sont fiers de lui.

Si nous regardons plus loin, les comportements appris et pratiqués à la maison pourront être reproduits dans d’autres contextes, comme à l’école ou chez un ami. On parle du principe de la généralisation des acquis, où les habiletés sociales apprises seront utiles à votre enfant toute sa vie. Selon Robitaille et Vézina, pour le parent, « le tableau de motivation peut diminuer les frustrations en insistant sur les comportements positifs de l’enfant. »

Donc, avec le tableau d’émulation, en tant que parent, vous pouvez féliciter votre enfant lorsqu’un comportement souhaité est émis en lui accordant de l’attention positive.

Une mesure temporaire

Pour conclure, rappelons que ce moyen d’intervention est une mesure passagère, et non permanente, puisque les besoins et les compétences évoluent avec le développement de votre enfant. Ainsi, il est souhaitable de limiter à quelques semaines ou à quelques mois le temps d’utilisation d’un tableau de motivation afin de permettre à la motivation intrinsèque de l’enfant de se développer.

Donc, lorsque l’enfant a acquis le comportement désiré, il faut remplacer graduellement les jetons et les récompenses par des renforçateurs verbaux (félicitations, etc.) tout en retirant progressivement le tableau. Puis, incitez votre enfant à s’évaluer lui-même en lui demandant s’il est fier de ce qu’il a réussi et invitez-le à se complimenter.

À retenir

  • Le tableau de motivation ou d’émulation est un outil précieux pour modifier un comportement indésirable chez un enfant.
  • Pour être efficace, un tableau de motivation doit répondre à certains critères, comme un âge supérieur à 3 ans, des objectifs réalistes, des récompenses relationnelles et le renforcement positif.
  • Le tableau d’émulation permet de développer la discipline et de favoriser l’estime de soi.
  • Il doit être utilisé de manière temporaire.

Références

  • Hammarrenger, B. L’Opposition : ces enfants qui vous en font voir de toutes les couleurs, Midi Trente Éditions, septembre 2016.
  • Le tableau de motivation, Comportement et discipline
  • Parent, S., et L. Turgeon. Intervention cognitivo-comportementale auprès des enfants et des adolescents, Presses de l’Université du Québec, vol. 2, 2012.
  • Robitaille, C., et N. Vézina. Document de soutien à la formation : connaissances et interventions, édition produite par la Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux, Québec, 2003.

— Dernière mise à jour: 11 janvier 2018

Biographies

M. Sc., Psychoéducatrice

Laurence Gagné est détentrice d’une maîtrise en psychoéducation de l’Université de Montréal. Elle est psychoéducatrice dans le milieu scolaire au sein de la Commission scolaire de Montréal. Récemment, elle s’est jointe l’équipe du centre multidisciplinaire Bouche à Oreille, où elle guide, outille et accompagne les familles dans leurs défis respectifs. Dévouée, passionnée et efficace, elle s’investit entièrement dans la vie des personnes en difficulté en semant espoir et confiance. Elle offre des services personnalisés aux enfants, aux adolescents et aux adultes en difficulté d’adaptation. Selon elle, le lien de confiance représente la base de la relation psychoéducative et ce lien conduit à de petits changements qui transforment le rapport avec les difficultés vécues.

Lire la suite →

M. Sc., Psychoéducatrice

Issue de plus de 15 ans d’expériences, Vickie Bois a œuvré dans le réseau de la santé et de l’éducation où elle a accompagné des milieux scolaires ainsi que des classes spécialisées en plus d’avoir occupé des postes en santé mentale jeunesse et en pédopsychiatrie. Ayant reçu des distinctions honorifiques élogieuses comme le prix Relève du CISSS des Laurentides et de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) ainsi que le prix Gilles Gendreau de l’Ordre des psychoéducateurs/psychoéducatrices pour ses idées innovantes, son savoir-être et sa rigueur, elle est une psychoéducatrice très reconnue et engagée. Depuis les dernières années, elle a souhaité partager son savoir et faire la différence à travers différentes conférences et formations en ligne. Son leadership, sa grande capacité à communiquer efficacement et à influencer les pratiques, font d’elle une formatrice fort appréciée et déterminante dans la mobilisation des acteurs et le changement des pratiques dans les milieux. De plus, elle est fondatrice de SOSchangement et SOSpsychoéducation où elle accompagne des familles en difficulté de la région des Laurentides, mais aussi partout au Québec. Dévouée, passionnée et rigoureuse, elle souhaite faire LA différence dans la vie des personnes en difficulté en offrant des services personnalisés aux enfants, aux adolescents et aux adultes en difficulté d’adaptation. «Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde». – Gandhi

Lire la suite →

Sur le même thème

Article

Rive adapte pou ka byen viv entegrasyon: tande eksperyans 3 imigran

Kijan imigran yo ka fè pou yo rive viv nan peyi kote yap viv la? Kijan pou yo ale chèche enfòmasyon yo bezwen yo? Kijan…

Blogue

Aprann pitit ou otonòm, yon eksperyans ki gen anpil richès

«Non manman, mwen vle mete rad sou mwen pou kont mwen. Mwen gran kounyea», se sa Maya dim lèm vle ede li mete rad sou…
5 à 17 ans

Article

Déconfiner en conscience… et en famille

Confinement oblige, nous avons dû abandonner notre manière de vivre au cours des derniers mois pour en inventer une nouvelle. Mais maintenant que le vent…

Blogue

Dysphasie: le cheminement courageux d’une maman

Être maman comporte déjà son lot de défis, mais être maman de trois enfants dont deux des filles sont dysphasiques demande une bonne dose de…

Article

S’adapter pour mieux s’intégrer: trois femmes se racontent

Comment réussir à s’adapter pour bien s’intégrer dans un pays quand on est immigrant? Comment et où faut-il aller chercher de l’information? Quand on a…